Faire ses graines germées

Afin de faire de plein de vitalité, je me suis lancée dans les graines germées.

Voici comment :

  1. J’ai récupéré deux pots de confitures et un sac en tulle que j’ai découpé.
  2. J’ai acheté 2 sortes de graines à faire germer :
    • Fenugrec
    • Mélange alfalfa/cresson/chou rouge

img_20190119_191556

Puis, j’ai mis une petite cuillère à soupe de chaque type de graines dans un pot :

img_20190119_191928

Pour réveiller les graines, j’ai ajouté de l’eau, recouvert le pot avec le tulle et ficelé. Le tout est resté une nuit dans un placard :

img_20190120_084014

Le lendemain matin, j’ai vidé l’eau (qui s’écoule par le tulle) et laissé les graines à égoutter (mettre le pot à 45° environ) :

img_20190120_084439

Puis, à partir de ce moment, j’ai rincé soir et matin les graines en les laissant toujours égoutter entre chaque rinçage. Cela prend une minute pendant 4 jours et voici le résultat :

img_20190124_072248

Je les conserve ensuite dans une boîte hermétique au réfrigérateur pendant 5 jours.

Maintenant, à vous de jouer !

Les protéines

Bonjour !

Les protéines sont constituées d’acides aminés. Certains sont dits essentiels car l’organisme humain ne peut pas les synthétiser, ils doivent obligatoirement être apportés par l’alimentation. Ces acides aminés essentiels (AAE) sont au nombre de huit (+3 pour les enfants).

Ces AAE doivent tous être présents dans un même repas. En effet, il existe une loi d’assimilation de ces AAE appelée le minimum de Rubner : la ration protéique est assimilée en fonction du taux de l’AAE le moins représenté. C’est comme si vous deviez fabriquer des drapeaux français : si vous n’avez que 3 tissus bleus, 5 tissus blancs et 6 tissus rouges, vous ne pourrez fabriquer que 3 drapeaux au final.

Les sources protéiques d’origine animale contiennent tous les AAE mais pas les sources d’origine végétale. C’est pourquoi les personnes végétariennes et encore plus les végétaliennes doivent composer correctement leurs repas à savoir : 3/4 céréales + 1/4 légumineuses ou bien 3/4 légumineuses + 1/4 oléagineux (loi de complémentation permettent d’obtenir tous les AAE).

A bientôt.

Le curcuma

En pleine épidémie de gastro-entérite, une collègue racontait qu’elle mettait toujours du curcuma dans son eau de cuisson (pour les pâtes, le riz, etc…) et que sa petite famille n’a jamais eu ce genre de désagrément.

En effet, le curcuma est une épice qui possède des propriétés anti-infectieuse et anti-inflammatoire. C’est également un puissant anti-oxydant et un cholagogue (facilite l’évacuation de la bile). D’ailleurs, l’OMS (organisation mondiale de la santé) a reconnu son action bienfaisante contre les troubles digestifs.

C’est une source de fer, manganèse, potassium, vitamines C et B6. Afin d’en profiter au maximum, il est préférable de l’associer au poivre noir (absorption de curcumine multipliée par 1000) et aux matières grasses (car il est liposoluble).

Alors n’hésitez pas à en mettre une pincée dans vos menus!

___

Le curcuma fait partie des recettes naturelles pour aider à blanchir les dents.

Citron du matin, entrain!

Bonjour!

Je vous propose une petite recette santé : tous les matins, préparez-vous un petit verre d’eau tiède (de l’eau de source) additionnée de jus de citron frais bio. Il faut le boire à jeun au réveil. Je fais cela avant de prendre mon petit-déjeuner et c’est parti pour une bonne journée!

Le jus de citron est riche en vitamine C qui permet de lutter contre les infections hivernales : adieu les rhumes et les mouchoirs!

L’eau tiède citronnée prise à jeun nettoie la muqueuse du tube digestif (c’est pour cela que l’on parle d’action détoxifiante) et favorise aussi une meilleure digestion en stimulant la production de bile par le foie.

Il est important que l’eau soit tiède (idéalement à la température du corps), car si elle est bouillante, la vitamine C sera détruite et si elle est froide elle ne sera pas bien assimilée par l’organisme.

A vos citrons!

Pour utiliser mon citron jusqu’au bout, je le frotte sur l’évier ou ma planche à découper afin d’éliminer les tâches de calcaire ou faire blanchir le bois.

Une petite cure de raisin ?

Le raisin est le fruit du moment, il se consomme idéalement en septembre et octobre. Préférez-le bio avec sa pellicule blanche, la pruine, qui est un signe de fraîcheur.

Il est riche en vitamines (B1, B2, C), manganèse, cuivre et en flavonoïdes, puissantes molécules anti-oxydantes qui permettent de lutter contre le vieillissement des cellules. Cela, surtout grâce à ses pépins. Il est vrai que ce n’est pas le plus agréable à manger (il faut d’ailleurs bien les mâcher pour bien les digérer) mais les pépins de raisin regorgent de flavonoïdes et sont également utilisés sous forme d’huile riche en acides gras oméga-6.

Sans aller jusqu’à la vraie cure de raisin qui nécessite une préparation (La Cure de raisin : Santé, détoxication et prévention), vous pouvez effectuer des mini cures en remplaçant un repas par un repas de raisins, par exemple chaque soir pendant quelques jours.

Les bienfaits de la cure de raisin sont multiples et se traduisent par une revitalisation générale. Le teint est embellit, le transit est rétablit, le sommeil est amélioré et la fatigue oubliée.

Quelle musique écoute le raisin ? Du g’rap !

Un article à la noix

J’adore les noix  (vous aussi ?) et c’est tant mieux ! Ces oléagineux sont riches en bons acides gras polyinsaturés (oméga-6 > oméga-3), en vitamines (notamment E et celles du groupe B), manganèse, cuivre, zinc,…

La nature nous donne des indices pour profiter au mieux de ses bienfaits  : voyez-vous à quoi ressemble une noix ?

Un autre indice ? C’est une partie du corps.

La noix ressemble au cerveau humain; la théorie des signatures nous indique les propriétés d’une plante de part son aspect. Ainsi, la noix est un bon aliment pour le fonctionnement cérébral, en particulier grâce aux oméga-3 et à la vitamine E.

Alors, n’hésitez pas à consommer tous les jours quelques cerneaux, que ce soit en collation ou sur une salade par exemple.

Des fruits, mais pas en dessert !

Pour ce premier article sur les combinaisons alimentaires, j’ai choisi les fruits.
C’est la catégorie alimentaire qui se digère le plus rapidement (surtout les melons/pastèques). Après un bref passage dans l’estomac, les fruits arrivent dans l’intestin grêle où le fructose (sucre des fruits) est assimilé.
C’est pourquoi, si les fruits restent dans le bol alimentaire de l’estomac avec d’autres aliments, le fructose va fermenter et provoquer des perturbations digestives.
Il est donc recommandé de manger des fruits en dehors des repas c’est-à-dire 1/2 heure avant ou 2 voire 3 heures après.

Quel est le fruit le plus féminin ? La nana!